Sexe

 

Fragment #1

 

L'immémoriale scission (modalité distransitive) du sexe (substantif bivalent), ou

l'instante unité de la division (bivalence monovalente), déchire la totalité des voiles

(re-présentations), sans que, de la démultiplication générique (nombre) ne se

dévoille la substantielle sécrétion (essence) de la masse informulée de la vie qui

est déjà le même (propre) et l'autre (différent), et qui insatiable (déterminant), se

dédouble encore par sa propre formulation (signification) _ Se formulant, la sécré-

tion redouble fatalement l'indivisible union qu'elle est, informulable. Mais la redou-

blant, elle la déplace (supra sens)

 

Fragment #2

 

Le sexe a un sens aigu du sexe (infra sens). Il est en soi sans oubli. Sa mémoire

sélective se fait toujours à la faveur de la propagation du sexe (procréation). Le fil

ténu de l'érection et de la mouille du déterminisme (sens), qui est l'union essentielle

de sa propre division (inhérente), satisfait à l'insatiable répétition de son acte, toujours

individuel, qui le diversifie, et dont la simplicité chimique des gestes n'est rien de plus

que l'impitoyable lutte de la survie génétique d'un ADN (substance) au moyen des

spermatozoides et des ovules (cellules), dont le sexe se souvient toujours. Cette puis-

sance organique suffit au sexe (Nature).

 

Fragment #3

 

union-division

mâle-femelle (fragments organiques)

 

Fragment #4

 

L'ensemble élémentaire indivisible (le fragment organique), déjà entier dès sa naissance

individuelle (possibilités en puissance), est la double identité native de cette bivalence de

l'organe essentiel (le multiple individual). Séparé, double, quoiqu'inséparable dans le sexe.

En tant que tel, il n'est que l'apparition naturelle, nécessaire _ prédéterminé à reproduire cette

puissance mnémonique indéfinie et infaillible, dont il jouit et il souffre, et qui n'est autre que

le sexe (espèce).

 

Fragment #5

 

Le sexe organique est la réunion essentielle, nécessaire, universelle, de sa division et de son

union, hors de tout oubli (reproduction).

 

Fragment #6

 

Le fragment individual organique (mâle-femelle), est quant à lui comme prédestiné, selon

quelque puissance native obscure inhérente à sa substance (ADN), à (re)formuler aléatoi-

rement (inorganiquement) l'identité différentielle de l'acte (cultures). Bien qu'il n'annonce pas

d'autre prophétie que l'entre deux des entre-autres, il déplace l'acte, transfigurant sans fin le

sexe (substantif) au moyen d'une rupture et d'une ligature, en une césure universelle (frag-

ment inorganique).

 

Fragment #7

 

union-séparation

mâle-femelle

rupture-ligature

masculin-féminin (césure inorganique)

 

Fragment #8

 

En la césure, née du sexe, l'acte et le sexe sont coexistants (co-déterminants).

 

Fragment #9

 

sexe-césure

infra sens-supra sens

 

Fragment #10

 

De la césure au culte _ tout l'arbitraire, tout l'accident, tout le miracle (création).

 

Fragment #11

 

Les totems (transfigurations érigées en culte) _ première virgule de l'humanité?

 

Fragment #12

 

Noire blancheur du fragment (in)organique, dont l'expérience individuelle (somme

nécessaire des accidents) passe par le sexe, et pour qui toute signification a pour

centre psychique le sexe (vie-mort).

 

Fragment #13

 

Environnements. Contextes. Textes. Interactions.

 

Fragment #14

 

Le fragment in-organique (Il ou Elle) multiplie les propositions (ils multiplient) en

inventant une mémoire collective (transmission) qui le définit, et qu'il ne peut pas

définir, et qui n'est jamais que la dé-multiplication de l'acte (peuples ou peuplades)

qui définit (connaissance). Une telle démultiplication n'a pas le souvenir de sa césure

originelle. Mais elle ne se limite pas à l'immémoriale scission du sexe. Elle divise

l'obscurité de l'origine dans un trou noir qui est l'image d'un oubli qui se sépare du

sexe, et que le même et l'autre agencent telle la diversité des dénominations et des

classifications (représentations), que n'attend pas le sexe.

 

Fragment #15

 

L'oubli est-il plus que l'accident historique (psychologie) opéré dans le voisinage du

sexe transfiguré césure totémique?

 

Fragment #16

 

La césure, séparée de tout totem (et de tout tabou), n'est que la crise d'un transport,

dont l'idée immanente déploie la puissance exponentielle, exp(e)nsive  et kaléidoscopique

des perspectives (individuelles-collectives) bornées (relatives) à graviter dans le trou noir

du sexe (absolu).

 

Fragment #17

 

Sans l'avoir attendu, le sexe aurait immémorialement désiré la crise forcenée de sa

césure, bien plus prompte à rompre et se déchirer que le sexe, sans qui elle ne sau-

rait être.

 

Fragment #18

 

Par la somme de ses efforts (multiplicité), la césure (unité) dépasse le temps du sexe

qui la désire (conjugaisons), et qui la désirant, la dépasse toujours sans jamais l'attendre.

 

Fragment #19

 

Plus l'effort se concentre sur le temps de l'effort, et plus le rythme du désir bouleverse

l'effort.

 

Fragment #20

 

De l'instable puissance de l'impulsion native, s'est imposée en acte la discontinuité

des mémoires universelles (civilisations), qui intégrant leurs diverses crises (histoire),

composent la terrifiante monstruosité du sexe et des césures. Mais le sexe reproduit

inéluctablement l'incessant rappel de sa décomposition, jusqu'à la césure de l'anéan-

tissement de toute césure (oubli).

 

Fragment #21

 

sélection naturelle (gènes)-sélection artificielle (idées).

 

Fragment #22

 

Le sexe est devenu chez l'homme un agent originel et polyvalent, qui s'est élevé dans

l'atmosphère, au dessus de son jet vital, en réinventant sa copulation primaire. Et tous

les accouplements du pensable et de l'impensable s'y engouffrent en violant la conscience

dans sa condition de superstition déflorée. Cette défloraison, cruciale, inhérente, indispen-

sable, est la pensée virginale de l'homme.

 

Fragment #23

 

L'immanence et la transcendance fouettent énergiquement la césure in-organique

(rupture-ligature), se disputant l'espace d'une totalité universelle et infinie (sélection

naturelle-sélection artificielle) qu'elles ne peuvent ni vérifier ni infirmer. Tout l'espace

de la durée incandescente de la langue s'y consume jusqu'à l'obscurité, ne reprodui-

sant jamais qu'une seule et même contradiction. Celle de la séparation radicale du

sexe inorganique, entre le sexe de l'esprit (supra sens) qui prétend s'incarner, et le

sexe du corps qui croit se spiritualiser (infra sens-supra sens). Cette séparation sur-

dimensionnée du sexe n'est plus le sexe des hommes et des femmes. C'est l'anomalie

du sexe de Dieu.

 

Fragment #24

 

Césure du divin (immanent ( ) transcendant), séparée (de) unie (à) la somme des

fragments in-organiques. Césure des fragments in-organiques séparée (de) unie

(à) l'immémoriale scission du sexe. Césure du sexe et du divin (césure de la césure).

Sexe de Dieu (monstruosité) qui est aussi le trou du cul du Néant (énormité). Et le

sexe qui n'était que le sexe est devenu le problème de l'Etre dans le sexe (sens),

dont les velléités divines de l'organe n'ont pas pu ne pas crapuler dans le trou de

Néant de l'Etre (non sens), que n'est pas l'Etre. Car l'être humain n'a pas su se con-

tenter d'être et de foutre. Il lui a fallu y penser. Il lui a fallu s'adonner aux partouzes

obscènes de l'imaginaire et de la mémoire, et ce jusqu'à inventer une réminiscence

qui l'a tant asphixié qu'il a fini par se jeter dans l'oubli, afin de pouvoir à nouveau

respirer. Et bien que tout ceci, pour se reproduire, ne repose jamais en définitive

que sur un acte fondamental, l'accouplement individual, la méiose s'est universelle-

ment développée jusqu'à l'obscure idée de l'infini, nous confinant, avec ou sans Dieu,

dans une cellule infime, la connaissance, qui n'est autre que la représentation du

sexe devenu un théâtre intégral.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :