Os

 

Fragment #1

 

Corps : corporel. Pensée : pensive. Image : imaginaire. Métaphore : métaphorique.

Concept : conceptuel. Comparaison : comparative. Analogie : analogique. Analyse :

analytique. Synthèse : synthétique. Logique : logique. Tautologie : tautologique.

Antinomie : antinomique. Raison : rationnelle. Passion : passionnelle. Pulsion :

pulsionnelle. Folie : folle. Démence : démentielle. Délire : délirant. Condition : con-

ditionnelle. Religion : religieuse. Philosophie : philosophique. Art : artistique. Litté-

rature : littéraire. Poésie : poétique. Mesure : mesurée. Démesure : démesurée.

Science : exacte ou inexacte. Politique : politique. Inconscient : inconscient. Mémoire :

oublieuse. Nature : naturelle. Culture : culturelle. Conscience : inconsciente. Ect : Ect

 

Fragment #2

 

Sensibilité : sensible. Intelligilité : intelligible.

 

Fragment #3

 

Il y a un morse osseux que l'homme projète en toute chose et qu'il rogne comme un

cercle vicieux depuis qu'il s'est autoproclamé homme.

 

Fragment #4

 

L'homme qui jubile ou se tourmente en creusant la terre pour y déterrer ou y enfouir les

os de l'homme, n'y trouve que le trou de sa jubilation et de sa tourmente, qui n'en finit

pas de creuser des trous, tournant dans le trou de la terre, en inhalant et éternuant de

la poussière.

 

Fragment #5

 

Il n'y a pas de mystère avec les os organiques (ἀλήθεια). C'est avec les os que l'humanité

prend fin. Cette fin est donnée dans toute sa visibilité à la vision de l'homme, dès le début de

cette vie d'homme, dont il croit avoir oublier les origines, dont il repousse l'énigme jusqu'au

Mystère obscur de l'origine de toute chose, tandis qu'il ne peut pas oublier ses os immémoriaux.

 

Fragment #6

 

Ossements humains. Ossements parmi les ossements. Clarté dépouillée d'humanité.

 

Fragments #7

 

L'homme ne peut supporter (se satisfaire de) la vision de la visibilté de sa fin.

 

Fragment #8

 

Graver la mort dans l'os. Faire de la décomposition organique une énigme. Déplacer

l'insupportable (refoulement).

 

Fragment #9

 

La mort gravée dans l'os n'est déjà plus la fin, mais le début de la lisibilité de la pensée,
encline à supporter l'illisibilité de la fin.

 

Fragment #10

 

L'homme s'ingéniant à renier la visibilité de sa fin, préférant trouver dans l'invisibilité de la mort

qui dissimule la fin (tombe), une angoisse et une mémoire indéfinies qui le rattachent plus sensi-

blement à la vie.

 

Fragment #11

 

Réunion des tombes (cimetière), dont la dissimulation réorganise la visibilité.

 

L'invisibilité de la mort, recouvrant la visibilité de la fin, enveloppant la lisibilité du sensible,

dont l'intelligence de l'homme ne sait pas se contenter.

 

Fragment #12

 

L'illisibililité de la fin est l'os à moêlle invincible de l'intelligibilité (infini mathématique).

 

Fragment #13

 

L'homme, qui aime rogner l'os intelligible de l'invincibilité de l'infini (calcul), recouvre l'illisibilité

de la fin de la lisibilité des débuts d'autres fins et des débuts d'autres débuts (mythes), et ce,

jusqu'à l'inintelligibilité la plus absconse (défoulement du refoulement).

 

Fragment #14

 

Rébus des voyages de l'âme (cultes) qui ont trouvé leur début hermétique dans l'illilisibilté de la fin,

rébus de ses réminiscences et de son oubli, n'ayant pas d'autre fin, que d'ajourner dans l'oubli, la

visibilité de la fin (refoulement du défoulement du refoulement).

 

 Fragment #15

 

Conflit des cultes (division), précipitant la fin (défoulement du refoulement du défoulement du

refoulement).

 

Fragment #17

 

Cette absurde régression indéfinie du refoulement de la visibilité de la fin (rébus sans fin),

la sensibilité y adhère, ou pas.

 

Fragment #18


C'est en refusant les os organiques que le mystère lui a toujours déjà donné à voir,

que l'homme invente les os du mystère qui sont encore les os de l'homme (inorganiques).

 

Fragment #19

 

Croyant rogner les os de l'invincible invisibilité, l'homme ne fait que rogner ses propres os.

 

Fragment #20

 

Sous l'obscure lumière du mystère, l'homme n'est un os que pour l'homme.

 

Fragment #21

 

L'homme qui est suffisamment costaud pour jeter son propre os dans l'infini,

ne trace jamais que la courbe finie de l'énigme de sa propre vie (défoulement).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :