Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

42

Etoiles des rousses heures, Votre chevelure rouge bouge Presque négligemment Aux yeux des prés camaïeux. Ils ont tort de la mépriser. C’est elle qui disperse les cendres Autour du potager.

Lire la suite

41

Cheminements et cheminées, Allitérations du foyer central, Je suis* vos sentiers approchant, Je vois et sens comme vos fumées Fuient vers la nuit crématoire. Nous la réinventons dissimulée, dès la brisure des premières brindilles, sous nos pieds, entre...

Lire la suite

40

Bien que prodiguant le gite et le couvert à nos fantasmes immémoriaux, L’hôtesse se refuse à nous. Elle nous accorde son refus. Sa porte ouverte demeure close. La mesure des Séjours ne la résume pas.

Lire la suite

39 Monochromie

Blanc sur blanc _ vigueur infinie des hivers, et le degré zéro entre ces quatre murs finis, épuré de toute visibilité, congédiant nos jardins et nos assises. Où nous éconduis-tu, spectre, si plein de cette omniprésence où toutes les couleurs nous confinent...

Lire la suite

37 Mort du poème*

Elle ne le retient point entre ses quatre planches, Il ne la relève point de son obscure fosse, Ils ne détachent leurs yeux de nous, Ne retirent pas leurs mains, Inertes, à nos lèvres avides. A quoi songent-ils à présent ? A quoi songeons-nous ? Et se...

Lire la suite

36

Elle ne porte plus le souci de la Trace. Elle se sait disparaître. Dans l'urne du potier, Dans le caveau creusé dans la roche, Dans la fosse sans fond, Le mur entre le verger et le cimetière est tombé. Ici gît le renoncement de la bêche. Là, une couronne...

Lire la suite

35

Des braises incandescentes aux cendres illisibles , la rougeur de la rouille, et de nouveau, quelques éternuements de pollen, poussière déjà ancienne. Les scories, Volcans naguère célébrés comme de glorieux fardeaux, sont si légères dans la vélocité des...

Lire la suite

34

Le poële de métal dans l'hiver sans demeure, ou le noir présage du blanc détruit, N’ont d’autres attentes que celles des prochaines flambées que se dépose encore, entre raims et ramons, un peu de suie Et tu te risques encore, clandestin, au dernier écho...

Lire la suite

33

Sous les arcades de la ténèbre lumineuse, Cernées de rouille, Le pas, en proie aux gréements de force des élongations d’arcanes du vide, ne mesure son trépas que pour rebondir sur sa cadence_ Aucune autre raison de rester debout.

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>