L'érotisme de la mémoire-réflexion sur une folie

Publié le par Eric Valnerbauch


Est-ce obéissant à quelque pulsion irrationnelle, ou selon quelque axiome invisible
du Verbe, qu'envers et contre la volonté d'un poète, j'ai commis la folie d'un plagiat
kaléïdoscopique? _ le désir d'étreinte fut trop fort, qui me fit violer son envol.

Quelque chose de plus profond que l'égoisme impulsif s'est produit _ non que je me
défende du viol, mais le viol n'est pas le mobile. A vrai dire, j'ignore s'il y eut un mobile.
Je crois résolument que ce viol secoué de spasmes convulsifs transcende les mobiles.
Mais le viol a eu lieu. Je ne peux m'en défendre _

Ce n'est pas là où je voulais en venir.
Je ne voulais en venir nulle part. Je voulais juste éprouver
dans un espace poétique commun l'élasticité mnémonique du langage.
Ce viol, Mr Samarsky l'aura subi. Il ne l'oubliera probablement pas. Pas complètement du
moins.

Qu'il me pardonne _

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article