_5

Publié le par Eric Valnerbauch

Pour être sauvée en Christ, la pensée doit se baigner dans le baptême évangélique

canonique. Mais ce n'est pas avec les récits synoptiques (Mathieu, Marc, Luc), qu'elle

reçoit un témoignage mystique. C'est avec l'évangile selon Jean, pour qui Dieu et la

Parole ne font qu'un, et en qui descend l'Oint. Ce témoignage est l'eau baptismale qui

se change en vin, révélant l'Oint du Fils (la vie éternelle de la pensée), qui est la porte

de la Maison du Père (Infini), où ne peut pas monter le baptême (écriture-lecture). C'est

le saut dans la Foi chrétienne (sans peser de la pensée), où la parole selon Christ met

le croyant en relation immédiate à Dieu. Par ce saut, la pensée renonce à penser (jugement

dernier). Elle est toujours déjà sauvée. Par ce renoncement, et cette Foi, la pensée oublie

la Mère (préjugement premier).

 

Le salut en Christ, maintenu dans les cadres trop étroits de la tradition judéo-chrétienne

anthropomorphique, n'est encore qu'une perdition.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article