Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

54

Paix des silences assourdissants, Le repos de cette tombe n'est jamais le sien; Quelqu'un regarde la tombe d'un autre, qui n'est de personne. Le regardant de pierre, Clôture fantomatique Que tu nommes pierre d'innommée. Ils fouilleront les épitaphes avec...

Lire la suite

53

Immédiate rougeur de nos corps millénaires, Nul ne résume à lui le rythme de tes sèves, que le lieu nul et sans repos_ As-tu jamais senti le terrible baiser de rouille? Sur les jardins disparus, Se préparent déjà les nouvelles bâtisses, Et les prochains...

Lire la suite

52

Ainsi donc, Le chant se bornerait à hanter la parole. Et qu'attendre encore du poète, Hors des divertissements et des enchantements sibyllins, Qu'exiger de lui, Dans la ténèbre et les lumières? Sinon du Nouveau! Elle n'est pas nouvelle, Cette prophétie,...

Lire la suite

51

Vieille et parée des rides du silence et de linceuls, Elle se souvient, dans une moindre mesure, du viol éternel de sa fraîcheur; Elle chevauche le vaste récit peuplé de conflits, d'ébats, de sutures et de débats. Elle retient les envols du chant à même...

Lire la suite

50

Rendue à l'abîme lucide de ses paupières crispées, Elle murmure encore que le Langage serait notre destin, Puisque même les sourds, les muets, et les bêtes même! Parviennent à se faire entendre. Mais ils ne lui ont laissée que ce frêle et précieux jardin...

Lire la suite

49

Qu'est-ce donc Que cette semence, sinon un jardin de misère? En transparence Tu voulais voir Se répandre un baiser, Comme l'eau que le regard N'a pas encore souillé, Ou comme l'eau qui peut laver la vue; Le voici revenir d'où il se tait, Et tu ne peux...

Lire la suite

48

J'aime les matins fauves Où le fil d'Ariane se rompt, Et laisse L'homme pluriel, La femme plurielle, Et le monstre invincible; Car l'unique est pluriel et aucun n'en est le juste milieu.

Lire la suite

47

Les images ont l'air réelles, Lovées les unes contre les autres, Dressées les unes contre les autres, Et comme elles s'ébattent et débattent, Les unes face aux autres, Irréconciliées en tous et pour tous, Eprises dans la lenteur de leur décomposition,...

Lire la suite

45

Qu'un dieu nous cueille ou qu'un rien nous fauche, qu'est-ce que cela change*? Ne demeurons-nous pas d'infimes moissons regorgeant de poisons? En l'abîme des abîmes, toutes de fleurs d'épines et d'herbes vivaces surpeuplées, Le temps fait corps, tandis...

Lire la suite

1 2 3 4 5 6 > >>